jose sanchez maldonado

Sánchez Maldonado estime que la R & D est le « accélérateur » de l’évolution de l’Andalousie doit faire face à son modèle de production

Le conseiller à l’économie, l’innovation, la science et l’emploi, José Sánchez Maldonado, a considéré aujourd’hui que la recherche et le développement sont des « accélérateurs » du changement de son modèle de production que l’Andalousie doit affronter et il a défendu la recherche scientifique et technique comme une « ressource essentielle » pour augmenter la valeur ajoutée de l’économie de la région.

Le conseiller économique du Conseil régional d’Andalousie a visité à Villaricos (Almería) les installations de Deretil, dédiées au développement et à la fabrication des matières premières pour antibiotiques

Sánchez Maldonado a fait ces déclarations à Villaricos (Cuevas del Almanzora, Almería), ou il a visité les installations de Deretil, une entreprise qui se consacre à la recherche, au développement, à la fabrication et à la commercialisation des matières premières destinées à l’élaboration d’antibiotiques semi-synthétiques, tels que la pénicilline et les céphalosporines.

Communiqué-de-presse_21.05.14

Selon le conseiller économique, il est « prioritaire » pour le Conseil régional d’Andalousie de faciliter le développement de la R&D&I au sein des entreprises. « Nous devons accroître les investissements privés dans ce domaine, qui représente actuellement un tiers du total en Andalousie », a-t-il expliqué. Pour ce faire, il a détaillé les instruments dont dispose le Conseil régional andalou pour soutenir la R&D&I dans les entreprises, comme les fonds remboursables, les primes à l’innovation, les services avancés pour l’entrepreneuriat, l’internationalisation ou la capture des investissements, ou encore les infrastructures scientifico-technologiques par le biais des 11 technopôles répartis sur le territoire andalou.

 

En ce sens, il a affirmé que « renoncer à la R&D&I revient à hypothéquer notre futur et à gaspiller tous les succès obtenus ces dernières décades ». Ces 20 dernières années, l’Andalousie a réussi un changement structurel dans ce domaine et les contrats de R&D avec les entreprises ont été multipliés par 10, la production scientifique par 8 et les brevets par 4. En outre, la région dispose d’une communauté scientifique de renommée nationale et internationale, avec plus de 2 000 groupes de recherche et près de 30 000 chercheurs.

De plus, le conseiller économique a souligné le « rôle majeur » des 10 universités publiques andalouses dans la « poussée » de R&D que vit l’Andalousie. Près de la moitié des chercheurs travaillent dans des institutions académiques, c’est-à-dire plus de 12 000 et, lors de la dernière décennie, le nombre des contrats de collaboration en R&D a été doublé entre les universités et les entreprises.

Visite de l’entreprise

Le conseiller économique a parcouru les installations de Deretil, une entreprise créée en 1961 à Barcelone, avec un centre de production installé à Villaricos (Cuevas del Almanzora) et un réseau commercial couvrant l’Europe, l’Amérique et l’Asie. Les antibiotiques les plus importants qui sont consommés dans le monde sont élaborés grâce aux matières premières fabriquées dans ces installations. L’entreprise a mené une stratégie continue de diversification avec pour objectif d’élargir son portefeuille de produits, ce qui s’est traduit par la création de plusieurs filiales : Deretil Agronutricional, Deretil Nature et Deretil Vitatech. Deretil propose des services de développement pour la fabrication d’ingrédients chimiques et pharmaceutiques actifs, par exemple lors des phases intermédiaires de la chaîne de production. En outre, l’entreprise est leader de l’intégration des processus productifs depuis les matières premières jusqu’aux produits finals : produits dérivés de la phénylglycine.

deretilagronutritionalSánchez Maldonado estime que la R & D est le « accélérateur » de l’évolution de l’Andalousie doit faire face à son modèle de production